SEDD 2022 : une semaine pour relever les défis du développement durable en restauration collective et services hôteliers.

écrit par
Tiffany 30/08/2022
  • Partager sur :

C’est parti pour l’édition 2022 de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) qui aura lieu cette année du 18 septembre au 8 Octobre, avec en fil rouge: « Agir au Quotidien ».

Pour la 2ème année consécutive, le Groupe Restalliance profitera de cette initiative menée à l’échelle européenne pour se mobiliser du 19 au 23 septembre sur le thème des «Challenges RSE du groupe Restalliance » afin de sensibiliser ses collaborateurs et clients aux enjeux du développement durable. Rythmée d’animations de sensibilisation et d’échanges avec ses clients autour des enjeux de la loi EGalim, Restalliance misera sur l’action en invitant l’ensemble de ses collaborateurs du groupe à relever une série de challenges vertueux en ligne avec sa stratégie RSE.

  1. Lundi 19 : Zoom sur la Loi EGalim en établissements de santé
  2. Mardi 20 : L’alimentation végétarienne, un enjeu majeur du développement durable
  3. Mercredi 21 : miser sur une mobilité plus propre et durable
  4. Jeudi 22 – QVT : le bien-être de ses collaborateurs en ligne de mire
  5. Vendredi 23 – Les déchets : 8 éco-gestes à adopter en restauration-hôtellerie pour minimiser son empreinte environnementale

Une semaine dédiée au développement durable en restauration collective et hôtellerie de santé

Une année bercée par une nouvelle vague RSE

Après une première participation à la SEDD en 2021, Restalliance aura marqué ces derniers 12 derniers mois de nombreux évènements engagés en faveur du développement durable : l’ouverture de sa nouvelle cuisine centrale écoresponsable Cogerest à Lieusaint (77), la démultiplication de ses actions en faveur de l’insertion professionnelle, le développement d’audits nutrition en établissements de santé, la reconnaissance de sa gamme de produits « santé » et durables SANTEAL, ou encore le déploiement de sa démarche « MASTER » visant à réduire les risques professionnels au travail. Dressé au printemps, son premier bilan RSE témoigne de résultats encourageants et de ses efforts menés en 2021 en matière de responsabilité sociétale et environnementale.

Sous l’impulsion de sa nouvelle responsable RSE Chloé Desvignes, et des 40 ambassadeurs RSE, le groupe Restalliance a souhaité embarquer ses collaborateurs, clients et convives dans sa dynamique RSE en organisant, pour la deuxième année consécutive, une semaine dédiée au développement durable. Cette année, Restalliance a choisi pour thématique « les challenges RSE» – afin de rappeler que le développement durable ne se résume pas seulement à une alimentation durable, mais s’applique à une pluralité d’enjeux qui composent aujourd’hui sa démarche RSE globale, dans ses secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et du bio-nettoyage.

Restalliance se mobilise autour de 5 enjeux du développement durable, en lien avec sa politique RSE

De ses équipes de cuisine à ses équipes de bio-nettoyage et de services hôteliers de sa filiale Clériance, en passant par ses 10 cuisines centrales dont Cogerest et ses collaborateurs des fonctions supports – cette année, c’est bien l’ensemble des collaborateurs du Groupe Restalliance qui se mobilise pour cette semaine dédiée !
Chaque jour, une information de sensibilisation accompagnée d’actions concrètes ou de challenges, mettront au défi ses collaborateurs. Elles permettront à chacun d’obtenir les clés pour agir au quotidien en faveur du développement durable dans leur métier.

La loi Egalim en action en restauration collective : 1 webinaire dédié à la mise en conformité des établissements de santé !

Loi Egalim en EHPAD, fin des contenants en plastique jetables, introduction des protéines végétales et multiplication des repas végétariens – comment adapter sa restauration en établissements de santé ? Depuis sa mise en application en début d’année, la loi EGalim est venu apporter son lot de changements en restauration collective – sur de multiples sujets.

Aux côtés de ses partenaires, Restalliance souhaite faire évoluer les pratiques alimentaires en restauration collective en misant sur une démarche partenariale, sur-mesure et vertueuse avec ses clients : les EHPAD, résidences séniors, cliniques, hôpitaux, établissements du secteur social et médico-social. De la sensibilisation à la mise en place d’actions concrètes et engagées en établissements de santé, comme dans ses cuisines centrales, Restalliance accompagne ses clients vers une transition alimentaire réfléchie et réaliste – en respect de la loi EGalim. Sa démarche vertueuse portée par sa politique RSE lui permet de s’engager en faveur d’une alimentation saine, sûre et durable pour tous, en valorisant une agriculture plus vertueuse – et à juste rémunération.

Au service des personnes fragilisées en institution depuis près de 30 ans, Restalliance a su développer une véritable expertise en matière d’alimentation santé et durable. Elle est d’ailleurs la première société de restauration collective à avoir reçu une reconnaissance officielle de sa gamme de produits « santé » et durables SANTEAL par l’organisme de certification Bureau Véritas.

Alors, comment faire de la loi Egalim un vecteur de changement dans son établissement de santé, tout en pérennisant son activité de restauration et assurer la satisfaction de ses convives ?

Visionnez le replay du webinaire dédié à la loi EGalim :  3 mesures à adopter pour engager son établissement dans la transition alimentaire

Si la mise en conformité de la loi EGalim est encore en ordre de marche dans de nombreux établissements de santé, Restalliance a souhaité consacrer un webinaire dédié à la loi Egalim pour la SEDD. Ce moment d’échanges entre professionnels de la santé, de la restauration collective et experts de la loi EGalim a permis de donner les clés d’une transition alimentaire réussie, en proposant des mesures engagées permettant aux établissements de santé d’atteindre les objectifs fixés par la loi EGalim. Si aujourd’hui, plus de 1200 établissements Restalliance et ses 10 cuisines centrales se mobilisent pour relever le défi, Restalliance a souhaité partager ses bonnes pratiques pour permettre à chaque établissement de santé d’initier ou d’aller plus loin dans leur démarche durable et responsable.

VISIONNER LE REPLAY

Animé par Mathilde Lecoq, Directrice Générale du Groupe Restalliance et Chloé Desvignes, Responsable RSE, ce webinaire accueillera 3 intervenants, experts de la loi EGalim, qui partageront leur réflexion autour des principaux enjeux et des initiatives durables à mener en restauration collective. Restalliance fera un zoom sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, la diversification des protéines en vue de réduire l’impact carbone et proposera des alternatives aux contenants alimentaires en plastique.

Tout établissement de santé, ou à caractère social, est invité à participer à ce webinaire dédié à la loi EGalim pour s’engager dans une transition durable, et en douceur. En partageant son savoir-faire, Restalliance souhaite pour embarquer l’ensemble de son écosystème dans une démarche vertueuse pour la planète – et ses convives. > Accédez au replay<

 

Restalliance engage ses collaborateurs et clients autour d’une semaine dédiée au développement durable.

1. Lundi 19 : Zoom sur la Loi EGalim en établissements de santé

En complément de son webinaire d’ouverture – qui invitera ses clients, collaborateurs et partenaires à échanger sur les enjeux de la loi EGalim en restauration collective et à découvrir les initiatives proposées par Restalliance pour répondre aux objectifs de la loi en établissement de santé – cette première journée mettra aussi en lumière les enjeux de sa stratégie RSE.

En interne, une « boite à idée RSE » sera mise à disposition auprès de l’ensemble de ses collaborateurs du groupe afin de recueillir des idées d’initiatives durables pour améliorer leur quotidien sur leur lieu de travail ou de faire remonter des problématiques rencontrées. En lançant un challenge « boite à idées », Restalliance souhaite miser sur l’intelligence collective pour booster sa démarche RSE.

2. Mardi 20 : L’alimentation végétarienne, un enjeu majeur du développement durable

Si aujourd’hui, l’élevage est responsable de 15% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde (source : Nations-Unies), la restauration collective a un rôle à jouer en réduisant, à son échelle, la consommation de plats à base de viande. La démocratisation de la cuisine végétarienne en restauration collective répond par ailleurs aux nouvelles exigences de la loi EGalim et du nouveau PNNS.

Engagé dans le virage de la transition alimentaire, et en lien avec sa stratégie RSE, Restalliance a choisi d’innover l’alternative végétale en restauration collective en lançant en 2019 son concept LoVE : un cocktail de plus de 40 recettes Locavores, Végétariennes et invitant à l’Evasion – dont certaines sont co-concues en partenariat avec des chefs étoilés. Celles-ci viennent compléter l’offre étoffée de recettes végétariennes du groupe, en proposant à ses convives des recettes d’ailleurs, revisitées, et qui font voyager. Restalliance s’appuie sur la créativité de ses chefs et son expertise nutritionnelle pour diversifier l’apport en protéines végétales – en sublimant notamment les légumineuses et céréales !

En accélérant son engagement en faveur de la transition alimentaire, Restalliance a choisi d’avancer son objectif RSE n°8 d’ici fin 2022 : au minimum 3 recettes végétariennes seront proposées dans 100% de ses établissements.
L’expertise de Restalliance en matière de cuisine végétarienne ne repose pas seulement sur le savoir-faire culinaire et nutritionnel de ses Chefs et Diététiciennes. Le groupe a su embarquer l’ensemble de son écosystème pour développer une approche globale de l’alimentation végétale, en misant sur la recherche, l’innovation, la formation et la sensibilisation. Le projet de recherche participative Végéssime, mené par sa fondation d’entreprise l’Institut Nutrition, l’a amené à mieux comprendre le comportement alimentaire des jeunes en situation de handicap en vue d’innover et concevoir des menus végétariens qui respectent à la fois leur plaisir et leur santé. Au cœur de ses services R&D culinaire et nutrition, les équipes de Restalliance innovent en continue pour proposer, en cuisine centrale ou dans ses restaurants, des recettes végétariennes savoureuses et équilibrées, adaptées à chaque typologie de convive, et qui suscitent le plaisir et l’envie de manger. Enfin, son centre de formation Expériance a à cœur de partager son expertise culinaire et nutritionnelle maitrisée en formant ses Chefs – et ceux d’établissements clients en restauration autogérée – aux techniques et spécificités culinaire de la cuisine végétarienne en établissements de santé.

Challenge n°2 : Agir en faveur d’une alimentation végétale en restauration collective

Le mardi 20 septembre, les protéines végétales feront la part belle dans les restaurants Restalliance en établissements de santé. En proposant des menus responsables, les chefs de Restalliance mettront à l’honneur une de ses 40 recettes végétariennes de sa gamme LoVE, en illustrant leurs engagements en matière de transition alimentaire. Cette journée s’accompagnera d’une campagne de sensibilisation à l’alimentation végétarienne dans ses restaurants, pour décupler l’impact de son action auprès de ses convives, du personnel et de la direction d’établissement.

A l’occasion, un délicieux gratin de patates douces aux lentilles et mozzarella viendra apporter son lot de Vitamines A, en remettant au goût du jour les légumineuses – appréciées pour son un impact positif sur nos sols agricoles et plus largement sur l’environnement.
A travers ce challenge, Restalliance souhaite éduquer les papilles de ses convives et les sensibiliser aux enjeux d’une alimentation plus végétale.

Au siège, et dans ses fonctions supports, ses collaborateurs pourront se laisser inspirer par cette recette savoureuse, et se prendre au jeu en concoctant depuis chez eux, cette recette végétarienne.

3. Mercredi 21 : miser sur une mobilité plus propre et durable

Selon le dernier bilan Carbone réalisé en 2021 portant sur la Scope 1 et 2, la mobilité serait la principale source d’émissions de gaz à effets de serre chez Restalliance. Les transports de ses repas et le déplacement de ses collaborateurs seraient en effet responsables de 58% des émissions de CO2, derrière les émissions fugitives de fluides frigorigènes (24%) et la consommation d’énergie en lien avec ses activités (18%).
Pour réduire l’impact environnemental de ses activités, Restalliance a l’ambition d’agir dans un premier temps en faveur d’une mobilité plus écologique et vertueuse. Si sa filiale Cogerest a déjà opté pour un renouvellement progressif de sa flotte de véhicules, en privilégiant des camions de livraison fonctionnant au GNV, le groupe comptait en 2021 7% de véhicules hybrides parmi sa flotte nationale. Par ailleurs, les résultats de sa dernière enquête de mobilité lui permettent de mieux comprendre le comportement de ses collaborateurs en matière de déplacements et identifier les leviers d’actions pour favoriser un modèle de transport plus vertueux. L’objectif de la SEDD sera double : sensibiliser ses collaborateurs à des modes de transport alternatifs et inciter à l’action.

Challenge n°3 : adopter un mode de transport durable

Pour la SEDD, Restalliance mettra au défi ses collaborateurs en les incitant à prendre un moyen de transport alternatif – à la fois durable et vertueux. Co-voiturage, tramway, vélo, ou même rollers – toute les idées seront bonnes pour engager ses collaborateurs vers une mobilité plus douce en cette semaine dédiée au développement durable. Pour sensibiliser ses collaborateurs à l’impact de leur moyen de transport, Restalliance invite chacun d’entre eux à mesurer et comparer leur impact carbone lié à leur mode de transport - en s’appuyant sur l’outil développé par l’ADEME.

4. Jeudi 22 – QVT : le bien-être de ses collaborateurs en ligne de mire

En France, 50% des salariés jugent que l’espace de travail a un impact très important sur leur santé (Actineo, 2019). Convaincu que la performance de ses salariés passe avant tout par le bien-être de ses salariés, Restalliance s’engage dans une démarche visant à améliorer la Qualité de Vie au Travail de ses 3200 collaborateurs en France. Celle-ci s’inscrit pleinement dans sa politique RSE, pour permettre aux collaborateurs de préserver leur bien-être et leur santé, de s’épanouir et attirer de nouveaux talents.

Signe de sa volonté, Restalliance déploie de nombreux dispositifs pour renforcer la santé et la sécurité de ses collaborateurs ou encore favoriser la collaboration de ses équipes. Par exemple, son projet « Master » déployé depuis 2020 sur 93 établissements s’appuie sur une démarche participative de prévention des risques professionnels en donnant la parole aux collaborateurs sur leur situation de vie au travail. En s’appuyant sur une approche globale impliquant ses clients et collaborateurs, le projet MASTER a permis d’identifier des risques spécifiques dans chaque établissement, dont près de 100 risques ont déjà été identifiés pour ses collaborateurs. La mise en place d’actions concrètes et adaptées a laissé place à plus d’une cinquantaine de mesures correctives. Restalliance est allé jusqu’à créer une formation sur-mesure, considérant que la montée en compétence de toute la ligne managérial est une clé de la réussite pour améliorer sa démarche QVT.

Challenge n°4 : tous mobilisés pour améliorer sa qualité de vie au travail

A l’occasion de la SEDD, Restalliance mise sur la sensibilisation de ses collaborateurs en les formant à la Prévention, Gestes et Postures (PGP) en milieu professionnel, afin d’éviter l’apparition de troubles musculosquelettiques (TMS). Les vidéos de sensibilisation diffusées à ses collaborateurs s’adapteront aux gestes répétitifs et postures prolongées liés aux métiers de la restauration ou du bio-nettoyage. Il s’agira aussi de partager les bons réflexes à adopter par ses collaborateurs travaillant sur écran ou étant amené à se déplacer fréquemment en voiture.

Les collaborateurs du siège de Restalliance profiteront de cette journée dédiée à la QVT pour se réunir autour d’un moment de convivialité, en bénéficiant d’une animation surprise aux « Jardins d’entreprises » (Lyon). Placée sous le signe du bien-être et à la santé, celle-ci permettra de les sensibiliser de façon ludique aux risques de troubles musculosquelettiques.

5. Vendredi 23 – Les déchets : 8 éco-gestes à adopter en restauration-hôtellerie pour minimiser son empreinte environnementale

Loi AGEC, loi Egalim : comment se plier aux nouvelles réglementations en restauration collective ? Si la lutte contre le gaspillage alimentaire et la réduction des déchets est un pilier de la loi Egalim, Restalliance s’engage auprès de ses clients pour co-construire des solutions anti-gaspillages adaptées aux établissements de santé. Restalliance mène régulièrement des campagnes de diagnostic en établissements pour identifier les principales sources du gaspillage et orienter ses actions en faveur d’une réduction de ses déchets. Depuis 2021, Restalliance a déjà déployé plus de 130 campagnes « anti-gaspi » dans ses établissements clients. Celles-ci se sont accompagnées d’une multiplication de ses partenariats avec des acteurs locaux engagés dans la collecte et revalorisation des biodéchets, à l’image des Alchimistes ou de la convention de dons signée avec Croix Rouge à Cogerest Lieusaint .
Son engagement RSE n°9 « Réduire notre empreinte environnementale » traduit sa volonté de participer à la réduction du plastique, à son échelle. Si la mise en place du tri sélectif en 5 flux a déjà permis de faciliter la collecte et revalorisation du plastique, sa principale source d’utilisation serait liée aux livraisons de ses cuisines centrales : le groupe Restalliance s’engage aujourd’hui à substituer le plastique avec des matériaux alternatifs écologiques. Conformément à la loi Egalim, le groupe favorise des contenants alimentaires réemployables, pour alimenter progressivement l’intégralité de ses cuisines centrales. Celles-ci sont déjà équipées de bacs gastronomiques réemployables et proposent, pour ses repas livrés et le portage à domicile, des barquettes alimentaires à base de matériaux alternatifs, recyclables via des collectes proposées. La vaisselle jetable a été progressivement remplacée par de la vaisselle biodégradable et recyclable en matériaux issus de la biomasse (100% fibres naturelles : bambou, amidon de maïs…).

Enfin, sa filiale de bio-nettoyage Clériance favorise une méthode de nettoyage éco-responsable à l’eau grâce aux capacités de ses nouveaux bandeaux en microfibre : une pratique à double avantage permettant de réduire de façon significative la consommation de produits détergents et désinfectants tout en évitant les risques de dispersion des résidus. Engagée dans des pratiques de bio-nettoyage plus vertueuses en milieu hospitalier et établissements de santé, Clériance s’engage à réduire la consommation d’eau liée à son activité, à limiter les rejets environnementaux, et veille à réduire l’exposition aux produits ménagers – pouvant être agressifs pour son personnel.

Challenge n°5 : 8 éco-gestes à adopter en entreprise et établissements de santé.

1 carte de crédit : c’est l’équivalent en plastique qu’une personne avalerait par semaine, soit 5 grammes de plastique. Ce plastique ingéré provient essentiellement de l’eau embouteillée et de l’eau du robinet. (WWF, 2019).
A l’occasion de la SEDD, Restalliance sensibilisera aux écogestes à adopter sur le lieu de travail, dans ses métiers de la restauration collective et hôtellerie, ainsi qu’au sein de ses fonctions support. Il s’agira par exemple d’adopter les bons réflexes en matière d’impression, de consommation d’eau et d’énergie, d’adopter les bonnes pratiques « anti-gaspillage » ou encore les écogestes à appliquer pour une pause déjeuner « zéro déchet ».

 

De la sensibilisation à une série de challenges ludiques à relever – Restalliance fera de sa seconde édition de la SEDD un évènement fédérateur pour embarquer l’ensemble de ses collaborateurs dans l’adoption de réflexes écologiques et vertueux : bons pour la planète, et leur bien-être ! Restalliance mise sur cette semaine dédiée pour ancrer et guider ses actions vertueuses, tout au long de l’année, dans ses bureaux, ses cuisines centrales, et ses 1200 établissements de santé partenaires.

telecharger